The artist

« To paint is to live the moment without worrying too much about the final result. It is to rejoice with unexpected developments and refuse “perfection”. Finally, it is accepting that someone else gives meaning to what you have created yourself. » (DDA)

This is not immediately apparent, but Didier Van Elderen (aka DDA) paints abstraction. What’s more abstract than an emotion, a feeling, a state of mind or the projection of one’s ego? Using figurative representations, he brings out intangible concepts.
In the stressful and disturbing times we live in, are we still able to truly connect to this abstract thing that is our feeling? While we are all facing hyper-communication, diatribes, over- or dis- information, do we really learned more about ourselves? And if the truth resides in the moments of silence we grant ourselves? And if taking time for some soul-searching could bring us back to basics: our needs, our hopes or even our fears? By putting all these faces on canvas, Didier wants people to unlock access to their true self. And it works for those who dare!
Then, the mouths and eyes of his characters will be triggers of personal feelings and reflections. Hidden behind the red and closed lips, are a thousand words carrying messages. Every spectator will appropriate his own ones, unique, individual, exclusive. As for the empty eyes, they capture or give us back a part of ourselves, our joys, sorrows, fears, our emotional state of the moment… Some will feel positive emotions, others more confrontational ones, and some others will feel really uncomfortable, but all will have made emerge a little hidden part of themselves, a glimpse of their personal abstractions!


« Peindre, c’est vivre l’instant sans trop se préoccuper du résultat final. C’est se réjouir de développements inattendus et refuser “la perfection”. Enfin, c’est accepter que quelqu’un d’autre donne un sens à ce que l’on a créé soi-même. » (DDA)

Cela ne se voit pas immédiatement, mais Didier Van Elderen (aka DDA) peint de l’abstraction. Quoi de plus abstrait en effet qu’une émotion, un sentiment, un état d’âme ou une projection de son ego? C’est donc sous couvert de représentations figuratives, qu’il a décidé de faire émerger ce qui est impalpable.
A l’époque stressante et anxiogène à laquelle nous vivons, parvenons-nous encore à nous connecter véritablement à cette chose abstraite qu’est notre ressenti ? Alors qu’autour de nous, tout est hyper-communication, diatribe, sur- ou dés- information, en avons-nous vraiment plus appris sur nous-mêmes ? Et si la vérité résidait dans les espaces de silence que nous nous réservons? Et si quelques moments d’introspection pouvaient nous ramener à l’essentiel: nos besoins, nos espoirs ou même nos peurs ? Didier veut par les visages qu’il peint, déverrouiller l’accès à Soi. Et cela fonctionne pour ceux qui osent!
Alors, les bouches et les yeux de ses personnages seront autant de déclencheurs d’émotions et de réflexions personnelles. Cachés derrière les lèvres closes et rouges, se pressent mille mots porteurs de messages. Chaque spectateur y trouvera les siens, uniques, individuels, exclusifs. Quant aux yeux vides, ils aspirent ou nous restituent une part de nous-mêmes, nos joies, nos peines, nos frayeurs, notre état émotionnel du moment… Certains ressentirons des émotions positives, d’autres des émotions plus confrontantes, et d’autres encore se sentiront carrément mal à l’aise, mais tous auront fait émerger une petite part d’eux-mêmes, un aperçu de leurs abstractions personnelles !